A l’aube du 21ème siècle orné de l’ère  du numérique, on constate l’insuffisance d’organismes de recherche spécifiquement consacrés aux chercheurs et auteurs africains. C’est donc sur la base de ce constat que Mr Sylvain Tshikoji Mbumba  a eu l’idée d’en constituer un qui, au départ, devait répondre en

premier lieu aux fruits de ses propres recherches.

Au regard des quelques réalisations scientifiques, il s’est rendu à l’évidence de l’intérêt que ses publications suscitait  sur l’Afrique. Il s’est donc adressé aux jeunes chercheurs africains qui n’avaient pas assez de moyens pour faire connaître leurs productions scientifiques. C’est en ce sens qu’il avait bien fallu créer un nom et une plateforme qui devait, à coup sûr, répondre à cette nécessité. Ainsi naquit le Centre de Recherche et de Documentation Africaine, en sigle CERDAF.